11 Mai
  • By Samret
  • Cause in

[TEMOIGNAGE] Mon effet miroir

Depuis ma tendre enfance, mes parents me parlaient de ma petite taille et me disaient : 

« Tu sais Cathy, adulte, tu seras petite mais cela ne t’empêchera pas de vivre comme tout le monde » 

Mais qu’est ce que cela veut dire dans la tête d’une enfant « Petite », surtout quand on ne connait pas ou côtoie pas de personnes de petite taille dans son entourage. 

Alors je leur répondais :

« Un peu plus petite que toi maman ! »

Elle me disait :

« Non, encore plus petite »

A y repenser, mes parents n’ont jamais été jusqu’à la démonstration avec un mètre et dire, tu feras entre 1m et 1m20.

Sujet difficile pour eux et même, est ce qu’à ce moment-là, je l’aurai compris et réalisé ? 

La toute première fois que j’ai vu une personne de petite taille, j’avais une dizaine d’année, c’était au marché de Nantes.

C’était un monsieur d’une trentaine d’année, je n’osais pas le regarder et pourtant lui me fixait. Le choc et la peur ont été mes premières réactions, avec ce grand corps, ces petites jambes et bras, cette tête imposante et une démarche spéciale. 

Là, à ce moment, au fond de moi je savais ce que voulais dire ma mère en disant Petite, mais je rejetais tout et je me disais : 

« Non, je ne suis pas comme lui, je serai plus grande ! »

L’adolescence a fait que je me suis rendue compte que je serai petite voir très petite par rapport à mes amis du collège. 

C’est à cette période que j’ai rencontré Patrick Petit-Jean à l’hôpital Necker. Ma réaction fut ambiguë dans ma tête. La peur fut ma première réaction, peur de le regarder, peur de lui parler, il me faisait peur ! Pourtant tout le monde le sait, c’est une personne très gentille et généreuse. Je n’ai presque pas décroché un mot lors de cet échange. 

Ensuite, mes parents m’ont emmenée à une convention qui se déroulait à Dourdan en 1988 

Oh, purée, ça date !!! 

Sans vraiment avoir dit oui, je me suis retrouvée entourer de plein de personnes de petite taille du plus jeune au plus âgé. 

Ce fut encore le choc, le regard de soi sur l’autre. Je ne l’avais pas encore bien intégré dans mon cerveau, l’effet miroir ! Regarder son double ! Même corps, mêmes jambes et bras, même tête imposante. 

Nous y voilà ! 

Pouvoir se regarder à travers l’autre. 

Lors de cette convention, je n’ai pas lâché mes parents, mais j’observais à travers les autres, mon corps différent. Et petit à petit, ce sentiment de peur a basculé vers un sentiment de sérénité. Cela a mis du temps ! 

Je ne sais pas si j’ai accepté totalement mon corps mais je sais que l’effet miroir ne me perturbe plus depuis que j’ai intégré l’association. 

Mais c’est vrai que quand j’en croise une, je suis toujours surprise mais je n’ai plus peur. Au contraire, je la regarde avec douceur. AvatarSamretsamret

Cathy