25 Oct
  • By Samret
  • Cause in

Les activités extra-scolaires pour les enfants de petite taille

Les activités extra-scolaires sont une composante essentielle pour le développement d’un enfant. Savoir trouver la bonne activité pour son enfant n’est pas évident et au travers de trois témoignages, des mamans vous livrent de précieux conseils pour trouver l’activité la plus adaptée à votre enfant.

Rebecca, maman de Maéline

« Nous souhaitions que Maéline fasse une activité sportive ou culturelle. Elle voulait faire du judo comme son papa. Alors pour le sport, nous nous sommes renseignés auprès des spécialistes en consultation commune sur les contre-indications éventuelles. L’orthopédiste et la généticienne n’étaient pas très favorables à ce type d’activités qui peut favoriser de mauvaises chutes.
La seule contre-indication que nous avions reçue est commune à tous les enfants de petite taille et concerne la galipette. Et sans doute aussi parce que Maéline n’a pas été opérée du canal rachidien cervical. Les IRM ne montraient aucune compression à ce niveau. Son pédiatre a délivré un certificat autorisant l’activité mais pas en compétition. 
Une fois le feu vert donné par les médecins, j’avais une autre appréhension vis à vis des associations sportives. Allaient-ils accepter ma fille avec sa différence ?
Au forum des associations de ma ville, j’ai pu rencontré directement les professeurs et j’ai pu ainsi être rassurée. L’an dernier Maéline a fait de l’éveil judo et de l’expression corporelle. Nous avons eu la chance de tomber sur une professeure de judo sensibilisée au handicap. Maéline fait donc à chaque fois les exercices qu’elle peut. Il est vrai qu’elle fatigue plus vite mais apprend à connaitre ses limites dès le plus jeune age. L’avantage au judo, c’est que les enfants apprennent à bien chuter.
Cette année, elle refait uniquement de l’éveil-judo.

Mariane, mère de Katia

Ma fille a pratiqué des activités artistiques et sportives. Nous ne l’avons pas bridée dans ses choix, pensant que si à un moment donné elle se trouvait limitée dans la réalisation de ses projets, elle en prendrait conscience et adopterait la posture adéquate.
De ce fait, elle a commencé par de la danse à l’âge de quatre ans. Vers six ans elle a également débuté le basket qu’elle a pratiqué en club jusqu’à neuf ans environ. A ce moment-là toute son énergie et sa volonté ne suffisant pas à combler les difficultés dues à la différence de taille avec ses camarades du même âge, elle a souhaité arrêté cette activité. Elle a également tenté le tennis mais cela ne lui plaisait pas et elle a arrêté au bout d’une année scolaire. Finalement elle s’est inscrite dans un club de natation et durant trois saisons elle a pratiqué cette discipline laquelle lui convenait parfaitement.
Pour ce qui est des activités artistiques, elle a donc fait de la danse (modern jazz), de la musique (flûte traversière) et du théâtre à l’adolescence. Les éducateurs sportifs et les différents professeurs, ont toujours tenu compte de sa particularité physique pour mettre en valeur certaines aptitudes comme par exemple la souplesse en danse. Cependant il est vrai qu’en compétition l’âge étant le critère de classement, les limites physiques notamment en basket étaient réelles.
Je pense que nous avons fait le bon choix de lui permettre d’essayer les activités de loisirs qui l’attiraient et de lui faire confiance pour décider d’arrêter quand elle n’y trouverait plus son compte. Comme tout parent quand on inscrit son enfant dans une activité sportive ou culturelle, notre objectif n’est pas d’en faire un grand champion, mais un enfant épanoui et je pense que c’est le critère principal qu’il faut viser.

Ghislaine, mère de Léna et Alexi

1)   Quelles activités extrascolaires ont pratiqué vos enfants ?
Mon fils a pratiqué beaucoup de sports dès son plus jeune âge. Dès 4 ans il a pratiqué le baby judo puis le tennis, le foot pour enfin découvrir le tennis de table dès l’âge de 11 ans jusqu’à ses 18 ans. Pour ma fille un peu de tennis mais son activité préférée étant de jouer, elle n’a jamais vraiment été assidue dans les activités extrascolaires.
2)   Vos enfants ont-ils rencontré des difficultés liées à la petite taille lors de la pratique de ces activités ?
Oui parfois la taille a pu être une entrave à la poursuite du sport pour le tennis ou le foot. Par la suite, Alexi a pratiqué ses différents sports en section handisport et a trouvé un équilibre qui lui correspondait davantage.
3)   Tes enfants avaient-ils envisagé d’autres activités ?
Non ils ont toujours fait ce qu’ils voulaient. Nous n’avons pas de barrière, rien n’est impossible quand la motivation est là. C’est l’enfant qui se rend compte par lui même si c’est possible ou non pour lui. L’important est de ne pas casser ses rêves. J’aurais beaucoup aimé que ma fille fasse de la danse mais pour elle ce n’était pas du tout son envie.
4)   Quels conseils donnerais-tu à des nouveaux parents d’enfants de petite taille quant à la pratique des activités extrascolaires ?
J’ai toujours dit à mes enfants que les activités extra scolaires n’avaient rien d’obligatoire, qu’elles avaient vocation qu’à se faire plaisir. C’est sympathique de pouvoir partager avec les copains une partie de tennis ou de faire de la natation ou encore du ski mais en aucun cas je ne les obligerais à faire des activités. C’est vrai qu’ils ont eu la chance de pouvoir découvrir des activités sportives dès leur plus jeune age par l’intermédiaire de France Nano Sport (Association sportive des personnes de petite taille, créée en 1998).  Je ne donnerai donc aucun conseil particulier si ce n’est de laisser l’enfant choisir une activité qui lui plait avant tout.