Crédit photo ASTRID DI CROLLALANZA
21 Jan
  • By Samret
  • Cause in

Le processus de recrutement et la petite taille

La recherche d’emploi est une épreuve peu évidente quelle que soit la personne concernée. Elle peut être encore plus complexe lorsque la personne possède un handicap visible. Ayant récemment traversé une période de recherche d’emploi, je me permets de vous témoigner mon expérience et de vous proposer quelques conseils à ce sujet.

La première chose qui me paraît important d’aborder est le CV. En rédigeant mon CV je me suis demandé si cela était pertinent de faire apparaître mon handicap que ce soit à travers mes responsabilités en tant que membre du bureau de l’APPT ou bien à travers une photo que certains intègrent sur leur CV. Cela pouvait avoir deux effets : le recruteur ou l’employeur pourrait y voir un potentiel futur avantage financier puisqu’une personne en situation de handicap est susceptible de posséder une Reconnaissance de Travailleur Handicapé qui octroie de nombreux avantages à l’entreprise qui embauche la personne.

Il pourrait également être méfiant et refroidi à l’idée de recruter la personne puisqu’un handicap est souvent associé à tort à des arrêts maladies à répétition et une irrégularité de présence sur le lieu de travail. Personnellement, j’ai pris la décision de ne pas faire apparaître mon handicap sur mon CV préférant mettre en avant mes compétences et expériences professionnelles. Ceci est une décision purement personnelle et dépend énormément du domaine d’activité et du poste auquel vous postulez. Il ne faut pas oublier que les recruteurs vont également parcourir les réseaux sociaux et scruter la moindre photo de vous présente en ligne.

La seconde étape d’un recrutement est généralement un premier contact téléphonique suite à la lecture positive du CV en ligne. Il permet au recruteur de prendre connaissance plus en détail du parcours de la personne, le chemin qui l’a amené à postuler dans ce secteur, ce département, cette entreprise. Vous pourrez également être testé sur certaines compétences que vous avez mentionnées sur votre CV comme par exemple votre capacité à parler d’autres langues que le français. C’est aussi une seconde opportunité d’évoquer votre petite taille que ce soit en lançant vous-même le sujet ou bien en répondant à votre interlocuteur. Personnellement, j’ai également décidé de ne pas parler de ma petite taille au téléphone. Je postulais à un poste de bureau dans lequel la petite taille n’est pas à priori gênante pour les responsabilités quotidiennes que représente le métier.

Ainsi, cette décision dépend énormément du type de poste auquel vous postulez. Si vous décidez d’en parler, attention aux nuances de votre discours. Evitez peut-être de tomber dans un discours très négatif en appuyant sur toutes les tâches qui seraient entravées par la petite taille et veillez à ne pas tomber dans l’excès inverse, un discours peut-être un peu trop naïf sur ce handicap. Si vous ne savez pas comment aborder le sujet, il vaut mieux peut-être l’éviter.

La dernière étape d’un processus classique de recrutement est l’entretien d’embauche. Si vous en êtes arrivés là, c’est que votre profil, vos compétences plaisent à l’employeur et qu’il part avec un a priori positif sur vous. SI vous n’avez pas encore parlé de votre petite taille, le recruteur va donc la découvrir en vous rencontrant. A vous donc de décider si vous préférez anticiper cette rencontre en l’annonçant au préalable. Pour cette étape, je vous conseillerai comme il se doit de bien vous habiller, il est très important de faire une très bonne première impression visuelle. Les premières secondes de votre entretien vont certainement être les plus décisives. Vous pourrez d’ailleurs sonder la personne en face de vous par rapport à sa réaction à la petite taille. Durant la discussion, si la personne n’évoque pas le sujet, je vous conseille de le faire. Cela permettra de la rassurer, ne quittez jamais un entretien d’embauche en laissant des doutes à votre interlocuteur. Lors de mon propre entretien d’embauche, j’ai évoqué mon rôle à l’APPT qui je pense était un bon moyen d’entamer le sujet. Pourquoi pas parler de votre RQTH si vous en avez une, rassurez-le sur l’impact de la petite taille sur vos tâches quotidiennes. Ne vous étalez pas non plus mais il est impératif de l’évoquer.

Ceci n’est que mon témoignage personnel suite à mon expérience de recherche d’emploi l’an dernier. Je suis conscient que l’approche sera certainement différente selon la personne, l’emploi. C’est pourquoi je vous suggère d’en débattre, d’en discuter sur les réseaux sociaux ou le forum de l’association.

Samret di Manno

© Astrid di Crollalanza