20 Juil
  • By Samret
  • Cause in

Interview de Baptiste Guillas, jeune champion de tennis de table handisport

Alexi Dajean s’est entretenu avec Baptiste, un jeune adhérent de l’association, dont la vie est rythmée par les cours et les entrainements sportifs de haut niveau.

Q1 : Salut Baptiste, j’espère que tu vas bien. Pourrais-tu te présenter rapidement ?

Bonjour à tous, moi c’est Baptiste Guillas, 18 ans, atteint d’achondroplasie. Je pratique le tennis de table à haut niveau.  Je suis en terminale d’un BAC STi2D (sciences et technologie de l’industrie et du développement durable), et je prépare un DUT génie civil, pour travailler dans le monde du bâtiment.

Q2 : C’est un superbe projet. Comment as-tu trouvé cette vocation, qui n’est pas si courante ?

J’ai fait un stage de 3ème dans un cabinet d’architectes, et ça m’a vraiment donné l’envie d’aller dans cette voie. Du coup depuis 3 ans, je n’ai pas changé d’idée.

Q3 : Tu es membre de l’association depuis un moment maintenant. Comment y es-tu arrivé ? As-tu des moments qui t’ont particulièrement marqué ?

Mes parents étaient tous les deux membres, étant de petite taille, du coup je les ai suivis depuis le début. Je n’ai pas de souvenirs en particulier, mais plutôt des weekends très sympas, avec le côté social, de revoir d’autres personnes de petites tailles. Et puis j’ai participé à plusieurs événements avec l’association France Nano sports, qui m’a permis de découvrir de nouveaux sports sur « un même pied d’égalité ».

Q4 : Tu as abordé le sujet. Raconte-nous comment t’es-tu mis au sport, en général, et au tennis de table plus tard ?

J’ai commencé le sport à 7 ans par une année de foot en club, puis je me suis dirigé vers le basket, pendant au moins 4 ans. Au bout d’un moment il devenait compliqué pour moi de jouer sur un plus grand terrain. Je me suis donc tourné vers le tennis de table puisque c’était la salle juste à côté. J’ai essayé, puis rapidement je m’y suis mis exclusivement. Plus tard, j’ai intégré le mouvement Handisport. Et maintenant ça fait 8 ans que je pratique ce sport.

Q5 : Parfait ! Et du coup, où en es-tu au niveau de ta pratique ?

J’ai intégré le Pôle France au CREPS de Bordeaux, je m’entraîne donc tous les jours, voir deux fois par jour. Au niveau des compétitions, j’évolue à un niveau national, avec pour objectif, à l’avenir, de passer au niveau international. Mes journées sont très rythmées : cours de 8h à 10h, suivi d’un entraînement de 2 heures. Je repars en cours l’après-midi, pour finir la journée par un entraînement en soirée. C’est un rythme à prendre mais tout va bien.

Q6 : Et ce n’est pas trop difficile de gérer tout ça et aussi ta volonté de vie de jeune homme de 18 ans ?

Non, je ne me le dis pas, je sais que je dois faire des sacrifices pour atteindre mes objectifs. Après les coupures font du bien. Les weekends je suis assez libre si je ne suis pas en compétition.

Q7 : Et quels sont tes objectifs personnels, sportifs et professionnels ? Comment te vois-tu dans les cinq prochaines années ?

Réussir mes études supérieures dans l’architecture, c’est primordial, pouvoir m’épanouir loin de chez moi. Niveau sportif, je souhaiterais être sur des compétitions internationales de manière régulière, et pourquoi pas de participer à de grosses échéances, comme les championnats d’Europe, voir plus. Le rêve ultime ce sont les Jeux Paralympiques. En pariant sur ceux de 2028, à Los Angeles !

Souhaitons tout le meilleur à Baptiste pour toutes ces futures échéances !